Les tensions s’accroissent sur le marché de la télévision. Jeudi soir, Teleclub, qui appartient indirectement à Swisscom, a annoncé sa première percée en Suisse romande, avec l’ouverture de studios à Fribourg. Le diffuseur de programmes télé a aussi annoncé la mise à disposition, pour Swisscom, de nouveaux bouquets de chaînes. Et ce de manière exclusive: ni UPC Cablecom, ni Sunrise n’auront accès à ces programmes que Swisscom destine à ses seuls clients.

Pourquoi Teleclub s’installe-t-il à Granges-Paccot? «Le but est d’être à deux heures de trajet des principales villes suisse pour couvrir les matches. Il sera aussi plus facile d’y accueillir des invités lors d’émissions le samedi soir», explique Philippe Ducarroz, responsable de la rédaction francophone. Trente employés travailleront à Fribourg, dont une moitié d’intérimaires.

En parallèle, Teleclub lance trois bouquets de chaînes en Suisse romande (Teleclub Sports, Teleclub Premium et LES +), avec certains programmes exclusifs et uniquement pour les abonnés de Swisscom TV. Au menu des films, mais aussi les matches de football des championnats espagnol et brésilien, par exemple. Une offensive que ne goûtent pas les concurrents de Swisscom, lequel contrôle Teleclub à 66,6% via sa participation de 49% dans Cinetrade. D’autant que l’opérateur refuse que Teleclub fournisse à UPC Cablecom et Sunrise la vente de matches à la demande, que l’opérateur historique facture à ses clients entre 3,50 et 6,50 francs l’unité. «Cette manière de faire est contraire au droit, Swisscom abuse de sa position de monopole, il est étonnant que les milieux politiques ne soient pas intervenus», déplore un porte-parole d’UPC Cablecom.

Contacté, Swisscom ne voit pas de raison de modifier ses pratiques. De son côté, la Commission de la concurrence expliquait vendredi avoir ouvert au printemps une enquête préliminaire à ce sujet. De son propre chef, mais également après avoir reçu des plaintes.

Inquiétude de Sunrise

Sunrise, qui diffuse certains bouquets de Teleclub en Suisse alémanique, est perplexe: «Le régulateur devrait agir rapidement. D’ici quelques années, le marché de la télévision numérique sera réparti, il est regrettable que l’intégralité de Teleclub ne soit pas à disposition de tous», affirme un porte-parole.