technologie médiacle

L’expérience d’EndoArt, revendue à 120 millions de francs

Nikolaos Stergiopulos a créé EndoArt en 1998 avec Christian Imbert. La technologie était innovante: un anneau gastrique ajustable à distance pour lutter contre l’obésité morbide. La start-up a été reprise en 2007 par le géant Allergan pour un montant de 100 millions de dollars (120 millions de francs à l’époque). Un montant record pour une start-up de l’EPFL. Le groupe pharmaceutique a décidé, toutefois, d’abandonner le développement du produit et de fermer le site d’Ecublens, biffant trente emplois.

Nikolaos Stergiopulos est également à l’origine d’Antlia, une start-up qui est toujours en activité. Le chercheur est parvenu à créer une pompe miniaturisée que l’on peut implanter dans le corps d’un animal. Elle est programmable à distance et permet d’administrer une ou plusieurs substances de façon contrôlée. «Pour la recherche, c’est très précieux», explique le professeur à l’EPFL. «Les vétérinaires nous ont aussi fait part de leur intérêt pour ce dispositif, qui permettrait de traiter les animaux atteints de diabète ou d’autres maladies chroniques.»

Publicité