L’évaluation précise de l’impact d’une réforme fiscale sur l’activité économique est une tâche difficile voire impossible. En effet, la plupart du temps, un changement de règles fiscales affecte l’ensemble de l’économie et il est difficile d’attribuer une modification des comportements des acteurs économiques à la réforme plutôt qu’à l’évolution de la conjoncture. Les réformes de la fiscalité des dividendes n’échappent pas à ce problème.

Toutefois, un changement dans la politique fiscale suisse a donné lieu à une situation permettant d’évaluer très précisément comment des entreprises cotées réagissent à une baisse de la fiscalité des dividendes.