Syngenta a enregistré des ventes de 3,5 milliards de dollars (3,7 milliards de francs) entre janvier et fin mars, soit 3% de moins que celles affichées un an plutôt à pareille époque. En excluant l’effet des fluctuations de change – en particulier le renforcement du franc vis-à-vis du dollar sur les douze mois écoulés – ce même chiffre d’affaires réalisé au premier trimestre apparaît inférieur de 8% à celui d’il y a un an.

Pour explique cette activité plus faible, le groupe helvétique invoque le lent démarrage l’agriculture dans l’hémisphère nord, renforcé par un hiver tardif en Europe. Sa division phytosanitaire (herbicides, fongicides, insecticides) a ainsi affiché des recettes inférieures de 3% à celle d’il y a un an, celles de la division semences ressortant 2% plus faibles.

Le numéro un mondial de l’agrochimie table sur une reprise de la croissance dès le mois d’avril. L’effet sur ses marges opérationnelles devrait être amplifié par la baisse des prix des matières premières et des effets de change favorables. «La saison est à présent lancée dans l’hémisphère nord, après un démarrage tardif», a indiqué l’entreprise ce matin, ajoutant qu’aux antipodes, l’Amérique Latine a «terminé une excellente saison sur des ventes en nette hausse».