Banques

L'homme qui a refusé 8 millions de dollars de récompense

Eric Ben-Artzi est devenu le lanceur d’alerte le plus connu de Wall Street depuis qu’il a annoncé vendredi renoncer à sa part de l’amende infligée à Deutsche Bank grâce à ses révélations

«Je ne veux pas participer au vol des gens que j’ai été chargé de protéger.» Eric Ben-Artzi avait droit à plus de huit millions de dollars de récompense pour avoir révélé des fraudes comptables commises par Deutsche Bank en 2008. Mais l’ancien responsable de la gestion du risque du géant allemand de Wall Street a refusé cet argent, car les véritables coupables – les dirigeants de Deutsche Bank – n’ont pas été sanctionnés, dénonce-t-il.

Du copinage à haut niveau, des différences de traitement et un geste d’une pureté rare. Dans sa lettre adressée au Financial Times et publiée vendredi, l’Américain explique pourquoi il préfère que ses 15% de l’amende de 55 millions infligée en mai 2015 à Deutsche Bank soient attribués aux employés et actionnaires de l’établissement allemand.

Pour lui, ce sont les véritables victimes de la fraude comptable qu’il a dénoncée avec deux autres lanceurs d’alerte, peu après son arrivée chez Deutsche Bank à New York en 2010. Les collaborateurs car ils sont nombreux à avoir perdu leur emploi. Les actionnaires car ils ont dû payer l’amende prononcée contre la banque pour avoir sous-estimé le risque de ses positions sur des produits dérivés. Par exemple en sous-évaluant sa perte potentielle de quelque 12 milliards de dollars, selon l’estimation la plus haute, ce qui a permis à l’établissement d’éviter de devoir être sauvé par le contribuable.

A la fois surveillés et surveillants

Les véritables coupables, selon Eric Ben-Artzi, siégeaient à la tête de la banque et de la SEC, le gendarme américain des marchés, lors de la crise financière. Problème: il s’agissait souvent des mêmes individus, habitués à passer du secteur privé au régulateur, et vice-versa. Ce syndrome des «portes battantes» explique, selon le lanceur d’alerte, qu’aucun dirigeant de Deutsche Bank n’ait été poursuivi individuellement. Et qui lui-même ait perdu son emploi après avoir signalé les irrégularités qu’il avait remarquées au sein de la banque.

L’ancien de Goldman Sachs, diplômé en mathématiques, a pourtant respecté les procédures censées permettre aux «whistleblowers» d’effectuer des signalements. Mais le responsable de la compliance, l’avocat Robert Rice, lui avait répondu que ses révélations étaient couvertes par le secret professionnel, et ne pouvaient pas être révélées plus largement. Le désaccord de Eric Ben-Artzi lui valut de prendre la porte et la fin de sa carrière à Wall Street.

En poste chez Deutsche Bank entre 2004 et 2013, Robert Rice a dirigé l’enquête interne sur les malversations comptables, avant de devenir «chief counsel» (conseiller juridique en chef) de la SEC. Pendant que celle-ci enquêtait sur Deutsche Bank, donc.

Connaissances de vingt ans

Robert Rice s’est récusé pendant l’investigation de la SEC, mais cette proximité entre surveillant et surveillés explique les errements de la justice, affirme Eric Ben-Artzi. Il cite également le cas de Robert Khuzami, qui a dirigé le département d’application de la loi («enforcement») de la SEC entre 2009 et 2013, après avoir été l’un des dirigeants de Deutsche Bank pour la zone Amériques. Robert Rice et Robert Khuzami sont des «connaissances de 20 ans» de l’actuelle présidente de la SEC, Mary Jo White, glisse encore Ben-Artzi.

Pour lui, la clémence des autorités envers un groupe comme Deutsche Bank repose aussi sur la différence de traitement entre les banques d’importance systémique – les fameuses «too big to fail» – et les plus petits établissements, dont les dirigeants ont régulièrement été cloués au pilori après la crise financière.

Ce n’est qu’en mai 2015 que la banque allemande a été sanctionnée par la SEC. La récompense destinée à Eric Ben-Artzi a été déterminée en juillet dernier, sans être rendue publique. Cette rétribution s’inscrit dans le cadre du programme de soutien aux lanceurs d’alerte lancé en 2011 aux Etats-Unis, dont a notamment profité le couple de repentis allemands ayant contribué à la chute de la banque Wegelin.

Pas devenir comme eux

Les 16,5 millions de dollars que Ben-Artzi pouvait partager avec sa désormais ex-femme constitueraient la troisième plus importante récompense jamais décernée par ce programme, qui prévoit que les lanceurs d’alerte peuvent recevoir jusqu’à un tiers des amendes encaissées.

Se déclarant «ravi de recevoir toute autre récompense» à laquelle il aurait droit, le lanceur d’alerte conclut son argumentaire sophistiqué en déclarant qu’«après avoir souffert à cause des dirigeants de Deutsche Bank, je ne veux pas devenir comme eux simplement parce que je ne peux pas les battre».

Publicité