Le directeur général de LeShop est un manager accompli. Il dispose de connaissances solides dans quatre domaines clés de la réussite commerciale: l'économie, la finance, le marketing et l'informatique. Et pour cause. Au début des années 90 déjà, parallèlement à ses études en économie politique à HEC Lausanne, il créait une petite société spécialisée dans l'informatique de gestion. Son diplôme en poche, il a rejoint Procter & Gamble, où il s'est occupé de budget, de plans d'optimisation de produit et de marketing, avant de rejoindre Alain Nicod dans l'aventure de l'épicerie en ligne. Son accession en novembre 2000 à la tête de la start-up s'est faite, selon lui, très naturellement: «Mon prédécesseur Alain Nicod était continuellement à l'étranger. En son absence, je me chargeais de la direction de l'entreprise. Ma nomination n'a fait qu'entériner une situation de fait.» Le virus informatique l'a piqué adolescent, alors qu'il bidouillait le Comodore 64 de ses parents. Mais il n'y a pas que ça dans la vie. Ce jeune homme de 30 ans, né en Amérique latine, avoue deux passions: l'histoire – il dévore tout ce qui lui tombe sous la main – et les voyages. Il privilégie les lieux isolés, car il aime le silence et la nature. L'arrivée récente de Bon appétit en tant qu'actionnaire majoritaire le ravit: «C'est un gage de pérennité.»