Avec un marché global en forte croissance pour l'exercice 2000 et une progression de la valeur réalisée dans son écrasante majorité par le haut du panier, Jaeger-LeCoultre a surfé avec aisance sur cette vague, poursuivant sur une dynamique de progression constante depuis des années. Pour le directeur général, Henry-John Belmont, nul doute qu'à la fièvre du processus de concentration succèdent désormais la cristallisation des positions globales et le retour à une certaine sérénité. Chez Jaeger-LeCoultre, elle reste de mise au vu des potentialités à venir.

Objectifs à portée de main

Adossée aux valeurs simples et véritables qui sont les siennes, Jaeger-LeCoultre poursuit des objectifs inscrits dans une prospective réaliste: «Nous souhaitons développer nos valeurs culturelles, innovatrices et qualitatives.» Sous les mots, des échéances de croissance centrées à moyen terme sur un doublement du chiffre d'affaires à l'horizon 2005 (aux environs de 240 millions en 2000, soit une croissance supérieure à 20%, pour 57 000 unités produites, ndlr). Le rythme de production atteindra à ce moment 80 000 pièces. Les objectifs sont à portée de main, dans la mesure où le potentiel de la marque peut s'appuyer sur une assise solide: collections serrées, véracité industrielle et valeur ajoutée tangible. Ces éléments vont de pair avec l'apport complémentaire marketing, industrie et distribution qu'incarne la force de frappe de son nouveau propriétaire, Richemont. Finalement, Jaeger-LeCoultre fait partie d'une entité dotée de valeurs similaires et attentive au développement harmonieux de son portefeuille de marques à long terme, dans son segment de prédilection. Référence emblématique d'une horlogerie fine inscrite dans une zone de prix performante, avec le cœur de gamme situé dans une fourchette qui va de 3000 à 30 000 francs, Jaeger-LeCoultre et l'infrastructure industrielle de Richemont vont bénéficier chacune des apports et des compétences de l'autre. Ainsi, les effets de synergie seront exploités au mieux.

Pour la marque aux 38 calibres manufacturés de la collection courante trouvant place dans les lignes Reverso et Master, cette dynamique va notamment se traduire par une présence accrue sur les marchés nord-américain (9% des ventes) et asiatique (20% des ventes). L'Europe est bétonnée, puisqu'elle s'est adjugé 67% des ventes au cours de l'an dernier. Les perspectives ouvertes se traduisent encore par la poursuite de l'intégration de certaines activités, avec la prise de participation effectuée l'an dernier dans un atelier de décolletage ainsi que le rachat de l'atelier de sertissage Kirchhof.

1000 collaborateurs

Cette dynamique de consolidation industrielle n'est d'ailleurs pas achevée, de nombreux projets d'extension sont en attente. Si Jaeger-LeCoultre recense actuellement 1000 collaborateurs, dont 900 au Sentier (VD), les effectifs devraient s'étoffer de 200 personnes. Quant au site de la vallée de Joux, il est d'ores et déjà prévu d'agrandir le bâtiment inauguré en 1998.