WhatsApp a des airs de Calimero ces jours. «C’est trop injuste, c’est de la faute des autres, et surtout pas de la mienne», voilà en substance ce que dit la messagerie. Il y a quelques jours, l’entreprise appartenant à Facebook a publié un texte surréaliste sur son blog. Le sujet, c’est toujours le même depuis des semaines: l’envoi de certaines informations de ses utilisateurs vers sa maison mère. On se souvient que ce transfert, qui devait intervenir dès le 8 février, avait été repoussé au 15 mai, suite à l’incompréhension de très nombreux utilisateurs face à ces mesures.

Mais ce n’est pas de notre faute, écrit WhatsApp. «Nous avons découvert une grande quantité de désinformation concernant cette mise à jour et continuons de tout mettre en œuvre pour dissiper toute confusion possible», affirme le service de messagerie. «Nous avons réfléchi à ce que nous aurions pu faire différemment en rapport avec cette situation», écrit WhatsApp, sans à aucun moment se remettre en question. «Nous ferons encore plus à l’avenir pour nous assurer de faire entendre notre voix de façon claire», dit aussi la messagerie.