Ce qui prime, c’est la liberté individuelle, même si la préserver implique quelques contraintes. C’est ce paradoxe apparent qui caractérise les discours des principaux représentants de l’économie, tenants d’une forme de pensée libérale. «Chacun doit avoir le choix de se faire vacciner ou non», insiste Roger Wehrli, responsable suppléant pour la Politique économique générale auprès d’Economiesuisse. En ce sens, le certificat covid permet de préserver ce libre choix: «C’est le prix à payer. Si l’on décide de ne pas se faire vacciner, on assume», insiste Fabio Regazzi, président de l’Union suisse des arts et métiers (USAM), faîtière des PME.

Lire aussi: «Il n’y a pas d’hésitation à avoir»: l’extension de l’utilisation du certificat covid est de moins en moins taboue

Derrière ce compromis, point de contradiction, la liberté demeure, mais elle a un coût. «Cette liberté individuelle va de pair avec une responsabilité individuelle», insiste par ailleurs Nicolas Jutzet, cofondateur du média Liber-thé et responsable de projet à l’Institut libéral. Le certificat covid est une manière de recadrer cette responsabilité.

Le document ne constitue pas non plus une obligation vaccinale déguisée, «c’est un outil persuasif, qui, personnellement, a terminé de me convaincre. Mais on peut toujours obtenir le certificat en présentant un test négatif», note Fabio Regazzi. «Il faut le voir comme un instrument qui accorde davantage de libertés aux personnes vaccinées», souligne Roger Wehrli.

Campagne vaccinale du ressort de l’Etat

En revanche, étendre l’obligation de présenter un certificat covid, notamment pour accéder aux restaurants, divise. «Cela reviendrait à déléguer aux entreprises une responsabilité qui n’est pas de leur ressort, puisque mener à bien une campagne vaccinale est une prérogative régalienne», tance Nicolas Jutzet.

Imposer aux établissements de n’accueillir qu’un certain type de clientèle irait en outre à l’encontre de la liberté d’entreprendre, chère à la pensée libérale, selon nos interlocuteurs. «L’approche volontaire doit être privilégiée», insiste Fabio Regazzi. Roger Wehrli, qui veut «absolument éviter de nouvelles fermetures», se montre plus nuancé: «Une extension peut être envisagée en fonction de la tournure que prendra la pandémie dans les semaines et les mois à venir.» Des dissensions qui alimentent une forme de tension entre liberté individuelle et intérêt collectif.