Le marché indonésien ne représente pratiquement rien pour l’horlogerie suisse. Elle y envoie pour 5 à 10 millions de francs de montres par année, soit moins de 0,06% du total de ses exportations, estimées à près de 17 milliards en 2020. Et pourtant, le président de la Fédération de l’industrie horlogère suisse, Jean-Daniel Pasche, estime qu’un rejet de l’accord de libre-échange avec l’Indonésie soumis en votation le 7 mars prochain serait «dramatique à long terme».