Télécoms

Les licences 5G ont été attribuées pour 380 millions de francs

Swisscom, Sunrise et Salt ont acquis des licences d’une durée de quinze ans. Reste à construire des réseaux en tenant compte des limites de la loi

Le suspense a pris fin vendredi matin. Après plusieurs semaines d’incertitude, les licences 5G ont été attribuées en Suisse. La Commission fédérale de la communication (ComCom) a annoncé que Swisscom, Salt et Sunrise avaient acquis ces licences, d’une validité de quinze ans, pour près de 380 millions de francs.

Dans le détail, Swisscom a dépensé 195,5 millions, Salt 94,5 millions et Sunrise 89 millions. Une quatrième entreprise, Dense Air Ltd., avait déposé une candidature avant de se retirer. Les enchères, qui s’étaient tenues dans le plus grand secret, se sont déroulées du 29 janvier au 7 février.

Salt satisfait

Salt exprimait, en 2018, sa crainte de participer à des enchères injustes, dans lesquelles Swisscom serait favorisé. Manifestement, l’opérateur basé à Renens (VD) a été satisfait du déroulement des enchères. Vendredi matin, Pascal Grieder, directeur de Salt, affirmait via un communiqué: «Nous sommes très satisfaits du résultat de la vente aux enchères 5G. Notre stratégie a été un succès et nous nous réjouissons maintenant de continuer à améliorer notre réseau et de lancer les services 5G dans le courant de l’année.» Sunrise s’est félicité d’avoir acquis «les fréquences les plus stratégiques». De son côté, Swisscom a affirmé qu’il «activera la 5G aussi rapidement que possible».

Lire aussi: Les opérateurs en conflit autour de la 5G

La 5G, qui doit progressivement remplacer la 4G actuelle, doit offrir des débits en tout cas dix fois plus importants que la technologie actuelle. Elle permettra d’accéder plus vite à internet, et la diminution du temps de latence autorisera aussi l’émergence des voitures autonomes, par exemple. L’internet des objets, mais aussi plus généralement la numérisation de la Suisse, doit bénéficier de la 5G pour s’accélérer.

Loi combattue

Restera un défi de taille pour les opérateurs: construire ces nouveaux réseaux alors que la loi actuelle sur les rayonnements non ionisants est jugée restrictive. Les normes, dix fois plus sévères que dans l’Union européenne, sont combattues par Swisscom, Sunrise et Salt, qui estiment qu’il faut assouplir la réglementation, sous peine de ne pas pouvoir construire des réseaux 5G. Dans plusieurs villes du pays, il n’est actuellement plus possible d’ajouter des capacités.

Lire également: Swisscom perd un nombre record de clients

Publicité