En 2020, le premier semi-confinement a donné un petit aperçu de ce que serait une économie suisse sans tourisme d’achat. Selon les estimations de Credit Suisse, la fermeture des frontières entre mars et juin a retenu en Suisse 2 milliards de francs. Ce montant n’a pas été pas dépensé dans les commerces des pays limitrophes. Et encore, il n’a trait qu’aux achats de première nécessité, les autres rayons des magasins étant fermés.

Les experts de la grande banque suisse ont aussi constaté que l’exode consumériste avait vite repris une fois les barrières des douanes relevées. Au travers d’une campagne lancée au début du mois, l’Union suisse des arts et métiers (USAM), Swiss Retail et Agro-Marketing veulent inciter les Suisses à acheter au pays. Pour évaluer les différences de prix entre la Suisse et ses voisins, ces organisations publient ce samedi une étude comparative commandée à l’institut bâlois BAK Economics.