En Suisse, toutes les deux minutes, un objet de collection est vendu, toutes les trois minutes un DVD ou un CD, toutes les cinq minutes un habit, et toutes les 12 minutes un ordinateur. Ce n'est ni Migros ni Coop, mais le site de vente aux enchères eBay.

Une année après son implantation en Suisse, eBay emploie 75 collaborateurs et peut se targuer d'un certain succès. Le nombre de visiteurs du site a progressé de 40% en une année pour atteindre 358 000. En Suisse, eBay. ch est le septième site le plus visité. Des sites commerciaux, il est même le premier. Par ailleurs, le site d'enchères en ligne a battu un record européen. «Nous avons vendu par notre site une Ferrari valant 1,2 million de francs», s'est réjoui jeudi Anton Von Rüden, CEO en Suisse, lors d'une conférence de presse à Zurich.

Ce dernier a expliqué de manière transparente comment eBay gagne de l'argent. Entre 0,35 centime et 3,50 francs sont prélevés sur le prix de départ. Ensuite, entre 1,5% et 4% de commission sur le prix de vente de l'objet atterrit dans les poches d'eBay. «Ce système va changer dès 2005. Une commission unique, au maximum de 80 francs, sera prélevée sur le prix de vente. Pour un objet de 7000 francs, cela représente une diminution d'environ 30% pour le client», relève Anton Von Rüden.

Sécuriser les transactions

En revanche, le groupe, qui a réalisé au troisième trimestre 2004 un chiffre d'affaires global de 952 millions de francs, s'est montré plus réservé au niveau de ses performances en Suisse, pays où les produits se vendent le plus cher. «Au deuxième trimestre 2004, la progression des ventes est à trois chiffres», a indiqué Anton Von Rüden. Pour la sécurité de ses transactions, eBay a intégré dans son site le système de paiement PayPal, utilisé déjà par 45 millions de personnes à travers le monde. Il permet de se passer de carte de crédit.

Coïncidence: la Commission de gestion du Conseil national est parvenue jeudi à la conclusion que la législation actuelle ne protège pas le consommateur de manière suffisante au niveau du commerce électronique. Elle estime qu'il est aussi nécessaire d'intervenir au niveau de la protection des données.