Parmi les nombreuses idées pour faciliter la reprise économique après le choc dramatique de la crise épidémiologique actuelle, il en est une qui risque d’être omise: la refocalisation de l’Etat et la baisse parallèle des coûts d’extraction de ses dépenses. Le confinement a été révélateur du rôle du travail productif, des échanges et de l’épargne pour la prospérité: le bien-être durable de la société n’a pas d’autre source. Cela passe par l’offre de biens et de services qui répondent aux attentes des consommateurs à travers l’entrepreneuriat sur les marchés.

Lire aussi l'éditorial: La Suisse peut régler la facture sans nouveaux impôts