L’instauration d’un impôt minimum de 15% sur les grandes entreprises, censé entrer en vigueur le 1er janvier 2024 en réponse aux décisions de l’OCDE et du G20, ambitionne de réduire la concurrence fiscale à l’égard des sociétés dans le monde.