La crise énergétique et l’extraordinaire volatilité des cours du gaz ont été au cœur des discussions lundi à l’EPFL, lors d’un forum de la Société des gaziers de la Suisse romande, une association du secteur. «Cette année, les prix du gaz ont tellement grimpé que, en équivalent en pétrole, c’est comme si on avait eu un baril à 580 dollars [contre environ 100 dollars cette semaine, ndlr]», a indiqué en donnant le ton en début de conférence Anne-Sophie Corbeau, une chercheuse du Centre de politique de l’énergie de l’Université de Columbia. «Nos amis pétroliers, à côté, sont des petits joueurs.»