Il était question d’intelligence artificielle, de big data et de conditions-cadres vendredi à la Pfingstweidstrasse de Zurich. Dans une conférence de presse, Interpharma ne s’est pas contentée de souligner l’importance grandissante de ses membres pour l’économie helvétique. La faîtière des entreprises pharmaceutiques pratiquant de la recherche et du développement dans le pays a aussi fait part de ses idées pour, selon elle, augmenter les chances que la Suisse de 2030 puisse davantage compter sur leur apport. Et il y a du travail, estime le lobby.