L’année s’annonçait fructueuse pour le fabricant neuchâtelois de pompes Emile Egger & Cie. «Nous avons démarré 2020 avec un gros portefeuille de commandes, qui nous ouvrait des perspectives intéressantes, avec une bonne visibilité sur les huit à douze mois à venir», se souvient son directeur Francis Krähenbühl. C’est grâce à cette réserve de travail que l’équipementier aux 460 employés dans le monde (194 en Suisse), spécialisé dans le pompage de liquides dans les industries chimique et papetière notamment, devrait «franchir correctement cette année» marquée par la crise sanitaire. Les demandes d’offres et les nouveaux contrats, en revanche, sont moins nombreux que l’année dernière, observe le dirigeant.

Un constat que corroborent les chiffres publiés mercredi par Swissmem: au deuxième trimestre, soit au plus fort des restrictions, les entrées de commandes ont plongé de 19,5%, indique l’organisation professionnelle. Celle-ci regroupe les entreprises du secteur des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM), qui, avec environ 320 000 collaborateurs, représentent le premier employeur industriel du pays et comptent pour un tiers des exportations du pays.