C’était le chiffre attendu de ce début de semaine. L’inflation, ou plus exactement l’indice des prix à la consommation qui représente le panier des ménages américains, risquait de détromper l’optimisme de la Réserve fédérale (Fed). Une nouvelle accélération du renchérissement aurait pu mettre en doute son scénario d’une inflation certes forte, mais transitoire car liée à des facteurs spécifiques et temporaires comme la hausse des prix de l’énergie ou des goulets d’étranglement dans les chaînes de production.