Les prix à la consommation ont grimpé en mars aux Etats-Unis atteignant 2,6% d'inflation sur un an, au plus haut niveau depuis l'automne 2018, un mouvement qui devrait continuer dans les mois à venir avec la reprise économique.

Sur un mois, l'inflation s'est accélérée par rapport à février, à 0,6% contre 0,4%, selon les données publiées mardi par le département du Travail, un peu plus que les 0,5% attendus par les analystes. Il s'agit du rythme le plus rapide depuis août 2012. Ce sont notamment les prix de l'essence qui ont grimpé, +9,1% par rapport à février.

Et la hausse est particulièrement marquée sur un an: les prix ont augmenté de 2,6% par rapport à mars 2020, lorsque l'inflation, sous l'effet du confinement, avaient basculé en territoire négatif. Les prix des carburants, billets d'avion, de l'hébergement de tourisme, et des vêtements, avaient chuté.

Lire aussi: Les consommateurs suisses et asiatiques soutiennent la reprise

Craintes d'une inflation galopante 

Sans tenir compte des prix volatils de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation dite sous-jacente s'accélère également, à 0,3% sur un mois (0,1% en février) et de 1,6% sur un an (1,3% en février). L'indice mesurant les prix de l'alimentation a augmenté de 3,5% sur un an, celui mesurant les prix de l'énergie a bondi de 13,2%.

«Dans les mois à venir, les effets de base et les augmentations ponctuelles des prix résultant de la réouverture de l'économie et des répercussions des goulots d'étranglement sur la chaîne d'approvisionnement, devraient continuer à faire monter le rythme de l'inflation à 3,5% en glissement annuel», a commenté Kathy Bostjancic, cheffe économiste pour Oxford Economics, dans une note.

Les marchés craignent que l'inflation ne soit trop forte dans les mois à venir, mais la Banque centrale américaine (Fed), le FMI ainsi que les économistes de la Maison Blanche, estiment que cette hausse des prix ne sera que temporaire.