Nous prévoyons que l'inflation de base se situera cette année autour de 2,1% en moyenne aux Etats-Unis. L'inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) devrait avoisiner 2,3%. Nous sommes donc proches du consensus des économistes sondés par Bloomberg, qui la situent en moyenne à 2,2%.

L'inflation ne faiblira donc pas, d'autant que nous prévoyons une reprise de la croissance économique à mi-année. La croissance, qui devrait être inférieure à la tendance à long terme au cours des premier et deuxième trimestres, avec un taux de 2%, devrait s'accélérer ensuite à 3%.

L'inflation de base est, rappelons-le, inférieure à l'année dernière en raison de l'effet de base des prix de l'énergie. Certes, les prix toujours ascendants de certaines matières premières affectent le taux d'inflation, mais les Etats-Unis connaissent peu d'inflation importée du fait que les matières premières sont libellées en dollars.

Le moteur de la reprise économique durant la seconde moitié de l'année sera la stabilisation du marché immobilier. En outre, le marché de l'emploi demeure robuste, avec une croissance des salaires de 4%, qui soutient la consommation privée. Enfin, le taux de chômage a reculé à son niveau le plus bas depuis octobre de l'année dernière.

Nous prévoyons que la Réserve fédérale maintiendra les taux d'intérêt inchangés d'ici à la fin de l'année. Nos vues divergent du consensus, qui prévoit deux baisses des taux courts cette année. Le consensus est toutefois relativement dispersé, quelques analystes tablant même sur trois hausses de taux. Mais, selon nous, les minutes de la Fed, qui relèvent que l'inflation reste une préoccupation, confirment que la Fed n'abaissera pas les taux. D'autant que le taux directeur, à 5,25%, n'est pas si élevé qu'il soit susceptible de freiner un retour de la croissance.