L’augmentation des prix est restée contenue en 2021 en Suisse, comparativement à d’autres pays européens. Le renchérissement annuel moyen a atteint + 0,6%, indique mardi l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Au mois de décembre, l’inflation s’est limitée à 1,5% sur un an. Les produits importés ont particulièrement renchéri, de 3,8% tandis que la hausse des prix pour les produits indigènes est restée modérée (0,8%).

Une hausse des prix du pétrole et des loyers

Parmi les produits dont l’augmentation des prix a été la plus forte en comparaison annuelle figuraient le mazout (36,8%) ainsi que l’essence et le diesel, qui ont renchéri d’un quart. La hausse des prix a également été conséquente pour les voitures neuves (2,6%) et surtout d’occasion (9,6%).

Lire aussi: Transitoire ou durable, l’inflation bat des records aux Etats-Unis

Par rapport au mois de novembre, l’inflation a par contre diminué de 0,1%. Le repli mensuel s’explique par la baisse des prix du mazout, des carburants ainsi que du transport aérien. Louer des voitures, dormir à l’hôtel et acheter une voiture d’occasion est toutefois revenu plus cher.

Le renchérissement annuel moyen de 0,6% s’explique notamment par la hausse des prix des produits pétroliers et des loyers du logement. En revanche, les prix des voyages à forfait internationaux et des médicaments ont diminué. Les prix des produits indigènes ont augmenté de 0,3% en moyenne, ceux des produits importés de 1,5%.

A titre de comparaison, l’évolution annuelle moyenne des prix avait atteint -0,7% en 2020 et + 0,4% en 2019. Le renchérissement annuel de 0,6% en 2021 correspond aux prévisions de la Banque nationale suisse (BNS) publiées mi-décembre. Le garant de la stabilité monétaire avait également précisé ses attentes d’inflation pour 2022 et 2023, avec respectivement des hausses de 1% et de 0,6%.