Court-circuit

L’intelligence artificielle permet de lutter contre les cambriolages en Suisse

L’EPFZ a développé un système basé sur le «machine learning» pour savoir où seront commises les prochaines infractions

L’intelligence artificielle (IA) n’est pas uniquement l’apanage de Google, Facebook ou Apple. Elle n’est pas non plus uniquement utile pour nous faire regarder plus de films sur Netflix, acheter davantage d’applications ou avaler encore plus de nos données personnelles. L’IA peut aussi être extrêmement utile dans le domaine public.

Une petite preuve en a été apportée il y a quelques jours par l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). L’une de ses doctorantes, Cristina Kadar, a développé un système pour améliorer la prédiction des cambriolages. Son objectif: améliorer les modèles actuels pour s’intéresser aussi aux régions moins densément peuplées que les villes. Pour ce faire, la doctorante s’est appuyée sur un jeu de données extrêmement large, allant de la densité de la population aux différents types d’infrastructure, aux phases de la lune et à la proximité des frontières.