Durabilité

L’investissement vert n’est plus noir ou blanc

La demande pour les fonds d’investissement responsables (ESG) s’est étoffée ces dernières années et pratiquement tout le monde y trouve désormais un attrait. Il apparaît donc nécessaire d’aider les investisseurs à comprendre les diverses stratégies ESG pour qu’ils soient en mesure de sélectionner le fonds qui répond le mieux à leurs besoins

L’intérêt croissant pour ces stratégies est animé par plusieurs facteurs tels qu’une pression réglementaire accrue, qui s’exerce aussi bien sur les gestionnaires d’actifs que sur les investisseurs institutionnels. La génération des millennials, qui figurent parmi les plus ardents défenseurs d’une approche éthique des investissements, contribue à accélérer ce mouvement. Du point de vue de l’investissement, la disponibilité et la qualité des données liées aux aspects ESG permettent aux analystes d’estimer plus précisément les titres d’une entreprise et fournissent aux investisseurs les outils pour qu’ils puissent mieux décider de les soutenir ou non.

De nombreuses stratégies différentes mais seulement deux objectifs primaires

Comme pour tout placement, l’investisseur doit définir ses objectifs. Si nous excluons les investissements d’impact de la discussion, nous constatons que les autres fonds classés dans l’univers ESG peuvent être répartis sommairement dans trois catégories. Ceux de la première catégorie peuvent être appelés «stratégies éthiques», car ils cherchent avant tout à satisfaire des critères éthiques. Ils s’appuient soit sur une sélection négative visant à exclure des entreprises impliquées dans certaines activités commerciales sujettes à controverse, soit sur une sélection positive permettant de choisir les entreprises de premier ordre en fonction de critères de durabilité. Des techniques de sélection à la fois positives et négatives peuvent également être employées.