Le groupe informatique américain a publié lundi un bénéfice net annuel en hausse de 6,7% à 39,5 milliards de dollars. La progression atteint même 13% à 8,5 milliards de dollars sur le dernier trimestre où le résultat par action, la référence à Wall Street, a dépassé de 11 cents la prévision moyenne des analystes à 1,42 dollar.

«Entraînés par le lancement de l’iPhone 6 et 6 Plus, et une forte demande pour nos précédents modèles, nous avons battu un nouveau record pour un quatrième trimestre pour l’iPhone», s’est félicité le directeur général, Tim Cook, lors d’une téléconférence avec des analystes.

Apple a écoulé sur les trois derniers mois 39,27 millions de smartphones, soit 16% de plus qu’un an auparavant, et mieux que ce qu’espérait le marché.

Ses plus grands iPhone 6 et 6 Plus, mis en rayons à la toute fin du trimestre le 19 septembre, s’étaient notamment vendus à plus de 10 millions d’exemplaires sur les trois premiers jours. Et Tim Cook évoque une demande forte «dans toutes les régions» et un carnet de commandes bien rempli à la fin septembre.

Ces performances tranchent avec l’avertissement sur résultats émis début octobre par le rival sud-coréen Samsung, qui s’attend à un plongeon de plus de 60% de son bénéfice d’exploitation au troisième trimestre, car ses marges baissent dans les smartphones.

Apple profite, lui, d’une hausse de ses prix moyens de ventes, qui a contribué à améliorer la marge brute de l’ensemble du groupe à 38% sur le trimestre, contre 37% il y a un an.