Technologie

L’iPhone renforce sa domination en Suisse

Les modèles 6S et 6S Plus ont été lancés ce vendredi en Suisse. Même s’il ne détient plus que 14% de parts de marché au niveau mondial, Apple vend encore un smartphone sur deux en Suisse

Pas de fan passant, en Suisse, la nuit devant un Apple Store pour être le premier à y entrer. Pas de scène d’hystérie dès l’ouverture. Vendredi, le lancement des nouveaux iPhone, les modèles 6S et 6S Plus, s’est déroulé de manière discrète en Suisse. Et pourtant. Alors que la marque à la pomme ne détient plus que 14% du marché des smartphones au niveau mondial, la Suisse demeure le pays où elle compte, proportionnellement, le plus de fans.

Le test vidéo:

Sur la planète, Apple revient de loin. La société avait touché le fonds il y a un an, avec 11,7% de parts de marché, selon la société de recherche IDC. La société de Tim Cook a, depuis, gagné 2,3 points de pourcentage, alors que la part de Samsung, numéro un mondial, baissait de 24,8% à 21,7%. En Suisse, les plus grands revendeurs de smartphones adoptent souvent un comportement spécial envers l’iPhone. Ainsi, Mobilezone a ouvert l’un de ses magasins zurichois à minuit vendredi matin, avant de servir, six heures plus tard, ses clients dans une vingtaine d’autres magasins.

Aucun opérateur ne communique de chiffre de vente. Mais des estimations existent. Ainsi, la société américaine StatCounter, qui insère un petit code logiciel de comptage dans des millions de pages web, donne un aperçu sur la durée: de 80% début 2010, la part de marché de l’iPhone s’est érodée à 50% au début de cette année, avant de remonter désormais à 58%. Cette chute est bien sûr imputable à la myriade des smartphones tournant avec Android, le système de Google, qui a décollé en Suisse mi-2010. La société de recherche anglaise Strategy Analytics parvient à des chiffres comparables: «C’est une bataille serrée entre Apple et Android, due en particuliers aux promotions et aux publicités de Swisscom et de ses concurrents», affirme Neil Mawston, directeur de la société. Un avis que nuance Ralf Beyeler, analyste chez Comparis: «Beaucoup de Suisses veulent un iPhone. S’ils ne le trouvent pas chez Swisscom, Sunrise ou Salt, ils iront dans un Apple Store.»

Selon le responsable de Strategy Analytics, «en Suisse, la part de marché d’Apple devrait baisser à 40% d’ici 2017. Samsung et Huawei ripostent avec de meilleures modèles hauts-de-gamme tournant avec Android. Mais Apple conserve une base de fans qui demeurera fidèle à l’iPhone tant que les appareils d’Apple et ses logiciels fonctionnent bien ensemble». Un avis que partage Ralf Beyeler: «A mon avis, un smartphone vendu en Suisse est aujourd’hui un iPhone. Et je pense que cette proportion va demeurer stable ces prochaines années. Il y aura de petites modifications, mais pas de changement majeur.»

De l’avis général, en Suisse, Samsung domine très nettement le marché des fabricants d’appareils tournant avec Android. Y aura-t-il de la place pour des concurrents, tels le Chinois Huawei? «Je ne pense pas qu’il puisse obtenir une position substantielle ces prochaines années. Le marché va rester dominé par Apple et Samsung, ne laissant que des parts très réduites aux autres fabricants. Directeur de Mobilezone, Markus Bernhard est plus optimiste pour les «petits»: «Huawei, avec des produits innovants de haute qualité et excellent rapport qualité prix, a le potentiel pour gagner des parts du marché à Samsung et Apple. Microsoft peut également regagner du terrain grâce à Windows 10».

Et à court terme, quelles seront les conséquences du lancement des iPhones 6S et 6S Plus? «Ils intègrent de bonnes innovations, telles la technologie 3D Touch (ndlr: l’écran détecte le type de pression) et la vidéo 4K (ndlr: quatre fois la haute définition), mais de nombreux concurrents les proposent ou les proposeront bientôt», estime Neil Mawston.

Publicité