Un nouvel iPhone au printemps? Apple, habitué à commercialiser ses nouveaux téléphones en automne, a dérogé à la tradition en lançant le 24 avril un nouveau modèle, l’iPhone SE (2e génération), aussi appelé SE 2020. Un appareil hybride, reprenant des éléments matériels du passé en y insérant des technologies actuelles, le tout proposé à un prix pour une fois raisonnable.

Commençons par parler de la taille. Et l’on va voir que chaque millimètre compte. Apple a appelé son dernier modèle en référence à l’iPhone SE, lancé en 2016 et qui avait ravi de nombreux fans de la marque à la pomme par sa compacité. Son écran ne mesurait alors que 4 pouces (10,16 centimètres) de diagonale. Après lui, les modèles d’Apple sont devenus de plus en plus grands, ce qui les a rendus de moins en moins faciles à utiliser d’une seule main. Le modèle SE 2020, avec un écran de 11,94 cm de diagonale, n’est pas aussi petit que le premier iPhone SE, mais il est sensiblement plus compact que l’iPhone 11 (15,49 cm) et l’iPhone 11 Pro (14,73 cm).

Taille raisonnable

Ces quelques millimètres n’ont l’air de rien, mais ils font en réalité une grande différence. Un écran de 10,16 cm de diagonale permet encore de toucher toutes les parties de l’écran d’une seule main. Au-delà, il faut ajouter un geste supplémentaire. Dans la poche, l’iPhone SE 2020 (qui a le même châssis que le modèle 8) se révèle aussi plus compact, plus discret et plus léger (148 grammes) que ceux qui l’ont précédé. A l’heure des mobiles avec écran géant, ce nouveau téléphone pourra satisfaire ceux qui recherchent un appareil de taille raisonnable.

L’iPhone SE a un petit look rétro. Une bande noire sur le haut de l’écran, une autre en dessous, des éléments qui semblent d’un autre âge tant nous sommes maintenant habitués à des écrans «bord à bord». Autre bizarrerie, le retour du bouton tactile pour Touch ID. On déverrouille ainsi son mobile «à l’ancienne» avec son empreinte digitale et pas avec son visage. Mais cela reste très efficace.

Lire aussi: En pleine crise, Apple lance un nouvel iPhone SE «low cost»

Puce dernier cri

Parlons maintenant d’un élément auquel s’intéressent logiquement peu de consommateurs, la puce qui fait tourner l’appareil. Il s’agit du processeur A13 Bionic d’Apple, soit le même que celui qui équipe ses modèles haut de gamme 11 et 11 Pro. C’est important d’abord parce que cela rend bien sûr l’iPhone SE très rapide. Et cela lui assure surtout une durée de vie correcte: ce modèle recevra des mises à jour logicielles de la part d’Apple durant en tout cas quatre ans.

C’est peu pour certains consommateurs, mais c’est tout de même à signaler vu que d’autres composants du téléphone datent un peu. C’est le cas par exemple du capteur photo, qui est le même que celui de l’iPhone 8, modèle sorti en 2017. Ce n’est donc pas un élément dernier cri, et il n’y a qu’un objectif à l’arrière du téléphone. Pas de grand-angle, donc, ni de composants très récents. Reste que les photos demeurent de très bonne qualité. D’après nos tests, le modèle 11 Pro ne surpasse le SE 2020 de manière visible que pour des conditions de basse lumière ou pour le mode portrait.

Prix tout relatif

Ce téléphone n’est donc pas une bête de course – et l’on note d’ailleurs que la batterie n’offre pas toujours une autonomie d’une journée, contrairement à celle du 11 Pro, par exemple.

Parlons du prix, élément très important. Est-ce vraiment un iPhone «low cost»? A première vue oui, son prix de départ étant de 449 francs, contre 809 francs pour l’iPhone 11 et 1199 francs pour le 11 Pro. Mais pour 449 francs, vous n’obtenez qu’une mémoire de 64 Go, insuffisante si vous prenez beaucoup de photos et utilisez de nombreuses applications. Le modèle à 128 Go coûte 519 francs, celui à 256 Go 639 francs. Des tarifs moins élevés que les autres iPhone, certes, mais un prix tout de même important.

En face, à titre de comparaison, le modèle S10E de Samsung (128 Go) coûte environ 500 francs, le Pixel 3A (64 Go) de Google coûte environ 380 francs et le Samsung Galaxy A51 (128 Go) est facturé environ 330 francs. Il y a donc toujours des modèles tournant avec Android, le système de Google, qui sont sensiblement moins chers que l’iPhone SE. Celui-ci se destine avant tout à des fans d’Apple au budget limité et dont le modèle actuel date de plus de trois ans.