PrévisionLes prix des immeubles échapperont à la baisse en Grande-Bretagne et en Espagne

«Il faut acheter des immeubles au Portugal et vendre ceux qui sont situés en Suède», lance Juri Pill, un expert d'Oxford Property Group, un grand investisseur canadien. Il s'exprimait jeudi à Genève devant plus de 200 professionnels de l'immobilier réunis par la société londonienne IPD.

Pour Juri Pill, la croissance économique est l'élément déterminant pour sélectionner un pays d'investissement. Quand elle dépasse significativement la moyenne historique des croissances du passé, il est temps d'investir. L'enthousiasme pour le Portugal est partagé par Malcolm Frodsham, le responsable de la recherche de IPD: «C'est un pays à part. Les loyers ajoutés aux gains sur les prix de vente devraient connaître un rendement total assez stable cette année et en 2008.» Malcolm Frodsham se base sur un modèle économétrique simple qui combine les attentes du marché en matière de taux, en progression, et les pronostics de croissance économique, en recul.

Ainsi, contrairement au Portugal, la situation se détériorera pour les rendements immobiliers en Europe. Mais presque tous les marchés européens suivis par IPD devraient éviter le recul des valeurs. La hausse à 5,5% du taux directeur décidée hier par la Banque d'Angleterre contribuera à contenir les prix britanniques. Leur hausse devrait ainsi passer de 12,6%, en 2006, à 4,5% en 2008. L'Espagne devrait elle aussi éviter le krach, malgré les difficultés rencontrées du côté des villas et des appartements en propriété. La progression des prix, qui était particulièrement vive du côté des magasins, passera de 11,3% à 7,3%.

L'Irlande reste le placement le plus extraordinaire. L'année prochaine, les prix y avanceront encore de 17,1%.