Rues vides, magasins sans clients, gares sans voyageurs, sites touristiques sans visiteurs. Depuis le début de la semaine, les télévisions montrent des images inattendues d’un pays de 60 millions d’habitants tournant au ralenti. La faute au coronavirus qui, en Italie, a déjà fait 600 morts et infecté près de 15 000 personnes. Et provoqué une mise en quarantaine généralisée.

Lire aussi: Quand les épidémies foudroient l’économie, sans la briser