Elle est régulièrement qualifiée de maillon faible de l’Europe, dont elle est la troisième économie derrière l’Allemagne et la France. Les craintes sur l’Italie se sont confirmées vendredi avec la publication des statistiques conjoncturelles officielles de l’Istat. L’an dernier, le produit intérieur brut (PIB) n’a que faiblement progressé de 0,9%, un chiffre en dessous des premières estimations de l’institut et de la Commission européenne, qui tablaient sur 1%. Le ralentissement est net, par rapport à 2017, où la croissance était encore de 1,6%.

Lire également: Sortir l’Italie de la récession, une gageure