En résumé, LNS, c’est le Logitech de la machine-outil? «C’est exactement ça», répond en riant Philippe Scemama, copropriétaire jusqu’à la fin du mois de l’entreprise bernoise. Depuis près de cinquante ans, celle-ci fournit des produits «périphériques» à de nombreuses sociétés actives dans l’horlogerie, la technologie médicale, l’automobile ou encore la production de machines.