L'Organisation pour un réseau international d'indications géographiques (OriGIn) a ouvert un bureau à Genève mercredi. Le siège du secrétariat se déplace d'Alicante (Espagne) à Versoix. Alors que les négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) se trouvent dans une phase «cruciale», Massimo Vitelli, le nouveau secrétaire général, va tenter de «faire entendre la voix des producteurs».

OriGIn est un réseau qui regroupe 85 associations de producteurs issus de plus de 30 pays. Créée en 2003, l'ONG a la particularité de défendre des intérêts disparates: les producteurs de riz Basmati en Inde ont le même avocat que les paysans suisses qui souhaitent protéger le Gruyère AOC (Appellation d'origine contrôlée) contre les abus qui peuvent survenir dans le monde.

Massimo Vitelli affirme croire au Cycle de Doha, alors même que le nouveau projet d'accord présenté mardi par l'OMC ne fait pas mention des revendications des pays qu'il défend. OriGIn va donc hanter les couloirs de l'OMC, dans l'espoir de persuader les pays qui n'ont pas encore pris de position claire, notamment certains Etats africains, de se rallier à leur cause: sauver la création d'un registre international des produits d'origine et renforcer leur protection.