Transparence

L’OCDE s’empare à son tour des Panama papers

Des hauts fonctionnaires fiscaux de pays «du monde entier» se réuniront mercredi à Paris pour examiner comment exploiter les récentes révélations

Les Panama papers n’en finissent pas de faire bouger les lignes. Dans la foulée des enquêtes ouvertes dans plusieurs pays - y compris à Genève – pour faire toute la lumière sur les secrets révélés par le consortium international des journalistes d’investigation, l’OCDE s’empare à son tour du scandale.

Dans un communiqué diffusé vendredi soir, l’organisation parisienne, dépositaire des standards internationaux en matière de transparence fiscale, annonce que des représentants des administrations fiscales de plusieurs pays vont se réunir pour «explorer les possibilités de coopération et de partage d’informations, identifier les risques en matière de compliance fiscale et s’entendre sur une action concertée, à la lumière des Panama papers».

«Les Panama papers contiennent une quantité d’informations sans précédent, souligne l’OCDE. Chacune des transactions révélées s’étend sur plusieurs juridictions et est susceptible d’impliquer de nombreuses entités et individus». «Première opportunité pour agir», la rencontre, qui doit se tenir mercredi à Paris, réunira ainsi des hauts fonctionnaires des administrations fiscales de «pays du monde entier», précise le communiqué.

Elle se tiendra sous l’égide du Joint International Tax Shelter Information and Collaboration Network (JITSIC). Ouvert à tous les membres de l’OCDE, le JITSIC est une plateforme qui rassemble «toutes les administrations fiscales résolues à lutter plus efficacement contre la soustraction fiscale».

 

Dossier
Le scandale des «Panama Papers», secousse planétaire

Publicité