Après la fusion, les deux établissements ont simplement accolé tous les noms. Ce cas de figure est particulier dans la mesure où il touche des sociétés de personnes. Ces dernières, dans l'identité de la banque, sont donc primordiales. Difficile, dans ce contexte, d'adopter LODH (déjà passé dans les mœurs) qui ressemble trop à UBS ou à CSG. Le nom Lombard Odier Darier Hentsch souffre pourtant de deux handicaps: il est beaucoup trop long et risque de ne pas correspondre encore longtemps à la réalité puisque, pour l'instant, seule la présence de la mère de Bénédict Hentsch permet le maintien de ce patronyme. Au sein de la banque, la réflexion est en cours.