C’est une étape de plus dans la conquête de Facebook de la diffusion de l’information. La semaine prochaine, le réseau social devrait lancer Notify, une nouvelle application qui consiste en une agrégation de contenus de médias, dont le Washington Post, Vogue, Mashable, CNN et CBS, rapporte le Financial Times (FT).

Les utilisateurs pourront s’abonner à certains médias et recevoir des alertes pour les breaking news. Le service s’attaque à Twitter, qui a lancé son offre Moments en octobre et dont le but est de permettre un meilleur suivi de l’actualité. Une équipe de rédacteurs de Twitter fait le tri des tweets et des vidéos sur un onglet dédié par rubrique. Comme Moments, Notify sera d’abord disponible aux Etats-Unis.

La concurrence est féroce dans le domaine de l’information sur smartphones entre les géants de la tech. Snapchat a ouvert les hostilités en janvier avec son service Discovery, incluant CNN et Vice. Mais ce dernier se concentre sur les vidéos, visibles pendant vingt-quatre heures.

Attirer la publicité


Apple a annoncé en septembre le lancement de son application qui agrège des contenus de médias, tandis que Google collabore avec des éditeurs pour son initiative «Accelerated Mobile Pages». Facebook a lancé le mois dernier son système Instant Articles, testé depuis mai, qui permet d’accéder à des contenus de journaux plus rapidement depuis son l’application mobile que s’il fallait suivre un lien vers le site du média.

Si ces groupes se battent pour dominer l’accès aux médias, c’est avant tout pour attirer la publicité sur mobile. Selon une étude citée par le FT, les supports mobiles représentent 24% du temps de consommation de médias américains, alors que les dépenses publicitaires n’atteignent que 8%. D’où un potentiel de 25 milliards, selon la société de private equity Kleiner Perkins Caufield Byers. Les revenus publicitaires sont partagés entre les éditeurs et les plateformes, à des pourcentages divers.