Le groupe Logitech a vu ses recettes bondir sur un an au deuxième trimestre de son exercice décalé 2020/21, dépassant pour la première fois de son histoire le milliard de dollars. A la faveur de cette performance, le fabricant valdo-californien de périphériques informatiques a revu drastiquement à la hausse ses objectifs.

Les ventes réalisées entre juillet et septembre se sont établies à 1,26 milliard de dollars, en hausse de 75% par rapport à la même période un an plus tôt. Exprimée à taux de change constants, la croissance est ramenée à 73%, précise Logitech dans un communiqué diffusé dans la nuit de lundi à mardi.

Une entrevue avec le patron de la société: «Un jour, j'ai pleuré dans ma cuisine», raconte Bracken Darrell

Le jeu et les vidéoconférences

Dans le détail, les périphériques de jeu (Gaming) ont consolidé leur position de première source de revenus du groupe, frôlant les 300 millions de dollars (+85%). Les solutions de vidéoconférence (+164% à 236,7 millions) et les webcams (+256% à 201,6 millions) sont les unités ayant connu la plus forte poussée, suivies de près par les accessoires de tablettes (+145% à 83,1 millions).

Le résultat opérationnel (Ebit, non-GAAP) est ressorti à 354 millions de dollars, soit près de trois fois mieux (+295%) qu'au second trimestre 2019/20, et le bénéfice net à 266,9 millions, à comparer avec les 72,9 millions dégagés un an auparavant.

En juillet: Les ventes de Logitech ont bondi d’un quart grâce au confinement

Les prévisions des analystes sont largement dépassées

La copie rendue par Logitech balaye les expectatives de la communauté financière. Les analystes sondés par AWP les plus optimistes tablaient sur des ventes de 900 millions de dollars et un Ebit non-GAAP de 113,4 millions

«Les vecteurs de croissance qui conditionnent notre activité ont accéléré alors que la société s'adapte à sa nouvelle réalité», a résumé le patron du groupe, Bracken Darrell, cité dans le communiqué. Et d'évoquer la normalisation du télétravail et l'engouement du public pour de nouvelles formes de divertissement.

Forte de ces résultats, l'entreprise a relevé ses objectifs et vise désormais pour l'exercice en cours une croissance des ventes comprise entre 35 et 40%, contre 10-13% jusqu'ici. Pour l'Ebit – toujours non-GAAP – la barre est maintenant fixée à 700-725 millions de dollars, après 410-425 millions.