Logitech ambitionne un élargissement de son offre. Désireux de renforcer sa gamme de produits, le groupe vaudois a annoncé jeudi sa décision d'acquérir Labtec, fabricant américain de périphériques et accessoires pour ordinateurs personnels (PC) au prix d'environ 125 millions de dollars (206 millions de francs). Selon les termes de l'accord, la société établie à Romanel-sur-Morges prévoit de racheter toutes les actions en circulation de Labtec à 18 dollars par titre via une offre d'achat combinée, soit 11 dollars au comptant et 7 dollars sous forme d'actions Logitech. Le prix payé de 18 dollars par titre représente 37% de plus que la valeur de l'action de Labtec à la clôture. Ce prix inclut les engagements et autres passifs de la société américaine. Pour Jean-Philippe Barras, analyste auprès de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV), «ce rachat se présente à première vue comme une bonne affaire pour une double raison. A l'observation de la valorisation de Labtec, tout d'abord, payée dix-sept fois son bénéfice estimé, mais également au niveau de l'apport stratégique».

Cette acquisition vient en effet avantageusement compléter les produits de Logitech dont l'ambition reste de «faciliter les relations entre l'humain et l'ordinateur», rappelle l'analyste de la BCV. Fabricant de souris, de joysticks, de claviers, de caméras vidéo pour PC, de haut-parleurs multimédias, le groupe vaudois souhaite à travers ce rachat renforcer ses compétences dans le domaine des interfaces audio. Basée à Vancouver dans l'Etat de Washington, Labtec produit des écouteurs avec microphone intégré, des haut-parleurs pour PC, de même que des produits audio personnels pour lecteurs MP3 et autres appareils audio portables. Le site opérationnel de Labtec restera à Vancouver et fonctionnera comme une division du groupe suisse. Bob Wick, président et CEO de Labtec, devient patron de la nouvelle division audio de Logitech. Elément important, quand on sait combien le capital humain est essentiel dans ce domaine. «A ce savoir-faire technologique, Logitech va apporter sa compétence au niveau du marketing», explique Jean-Philippe Barras, permettant à Labtec d'élargir son réseau de distribution en Europe, où actuellement la société réalise uniquement 15% de son chiffre d'affaires. «Cette acquisition permet un renforcement du concept audio au sein du groupe. Un choix stratégique pertinent devant les développements escomptés à l'avenir dans les domaines de la téléphonie par l'Internet, du lecteur MP3 et de la commande vocale», précise l'analyste de la BCV.

Performance surprenante

La nouvelle a été bien accueillie par les investisseurs. L'action Logitech a terminé la séance à 520 francs en hausse de 3% à la Bourse suisse. Un titre dont la performance ces derniers mois s'avère surprenante au vu de l'évolution difficile connue par les valeurs technologiques (+26,83% depuis le début de l'année). «Les investisseurs se sont rendu compte que le groupe vaudois ne fabrique plus uniquement des souris.» D'autre part, «la société n'est plus dépendante du cycle des PC», explique Jean-Philippe Barras. En effet, le ralentissement rencontré dans la vente d'ordinateurs personnels n'a pas particulièrement affecté la société. «Si les gens ne changent pas leurs PC, ils s'offrent des éléments périphériques (souris sans fil, clavier) permettant d'améliorer leur équipement», rappelle-t-il.