Mike Moore, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), est convaincu que la mondialisation est bonne pour les pays en voie de développement. Mercredi devant le Club suisse de la presse, il a affirmé que l'ensemble des subventions des pays développés était équivalent au produit intérieur brut de l'Afrique. Une ouverture des marchés accompagnée d'une régulation négociée permettrait aux pays exportateurs de produits agricoles des gains importants. Une étude de l'OMC montre que les trois quarts des bénéfices engendrés par ce qu'il est convenu d'appeler la «mondialisation» seront directement perçus par les pays les moins industrialisés à travers une augmentation des recettes et une amélioration de la balance commerciale. Pour ce qui est de l'entrée de la Chine au sein de l'OMC, Mike Moore espère qu'elle aura lieu cette année. Avec humour, il a toutefois souligné qu'il était déjà convaincu que ce pays allait devenir membre de l'organisation l'année passée.

Autre sujet de questionnement: le choix de la ville de Doha, au Qatar, pour le lancement du prochain round de négociations début novembre. Sur ce point, Mike Moore a simplement répondu que les négociations avaient beaucoup plus de chances d'aboutir dans un environnement calme et protégé de toutes manifestations anti-mondialisation. Il regrette l'image qui s'est dégagée de la dernière réunion de Seattle, dans l'Etat de Washington.