Plusieurs cas ont rappelé l'importance de la sécurité informatique dans les services financiers. Le vol de données concernant de riches Allemands au Liechtenstein ou le succès d'opérations de siphonage de comptes bancaires sur Internet montrent combien les ordinateurs peuvent être perméables.

Malgré l'émotion que peut créer l'aveu d'une défaillance, il ne faudrait pas penser que la branche est inactive. Dans l'intérêt de ses clients, mais aussi de ses affaires. Les banques travaillent notamment à l'amélioration de la sécurité de la banque en ligne. La situation est sérieuse, mais les dégâts restent limités. Et surtout pris en charge par les banques. De sorte que celles-ci peuvent s'épargner d'agir dans la précipitation et choisir les solutions qui, espèrent-elles, apporteront le confort demandé par les clients.

Les systèmes informatiques sont devenus si complexes et omniprésents qu'il est irréaliste d'attendre une sécurité à 100%. Surtout s'ils sont ouverts sur l'extérieur. Il y a cependant un domaine où l'erreur n'est pas permise, surtout pour celui qui sert des clients aisés: la confidentialité des données. L'accès à ces dernières ne doit être autorisé qu'aux personnes qui en ont besoin, la formation à la sécurité informatique devrait être obligatoire et la fiabilité des personnes devrait aussi être étudiée lors de recrutement pour des postes sensibles. L'informatique n'est qu'une partie de la réponse à cette question, qui est loin d'être uniquement technique.