Automobile

L’ONG qui a fait plier les constructeurs allemands

Après des années de combat contre le lobby automobile, l’association de défense de l’environnement DUH a profité du scandale VW pour imposer des restrictions à la circulation des moteurs diesel dans plusieurs villes du pays

«Nous voulons l’interdiction totale de tous les véhicules diesel, avec quelques rares exceptions pour les véhicules utilitaires tels que ceux de la police ou des pompiers…» A la tête de l’association DUH (Deutsche Umwelthilfe), Jürgen Resch, 57 ans, regard bleu acier derrière ses petites lunettes rectangulaires, costume anthracite, se rapproche de son but.

Lire aussi: Diesel: 38 000 décès imputables au dépassement des normes

Après Stuttgart, Munich envisage à son tour l’interdiction partielle des véhicules diesel dans le centre-ville. Particulièrement tenace, l’association multiplie les plaintes en justice contre les grandes villes d’Allemagne pour non-respect des normes antipollution. D’autres municipalités pourraient prochainement s’ajouter au tableau de chasse de DUH.

Plainte contre 20 villes

Depuis des années, Jürgen Resch croise le fer avec l’industrie automobile. Véritable activiste de l’environnement, il est passé sur le devant de la scène avec le scandale des moteurs diesel truqués, que la DUH dénonçait depuis des années, sans parvenir à se faire entendre face au poids du lobby automobile. Lorsque explose la bombe VW, en septembre 2015, la députée verte Bärbel Höhn le félicite à sa manière: «Pendant des années, vous nous avez cassé les pieds avec cette histoire, et il s’avère que tout était vrai!» Depuis, Jürgen Resch et DUH n’ont pas relâché la pression.

A Hambourg, deux grosses artères desservant le centre-ville sont déjà interdites aux moteurs diesel

Conséquence indirecte du scandale des moteurs diesel truqués, qui a secoué l’opinion allemande, les ONG environnementales marquent ces derniers temps des points auprès des tribunaux allemands. DUH, qui, en 40 ans d’activité, a remporté quantité de combats écologiques tels que la consigne sur les boîtes de soda, le filtre à diesel, l’interdiction de certains pesticides ou l’introduction de zones de circulation limitées à 30 km/h au centre-ville, a porté plainte contre plus de 20 villes allemandes pour non-respect des normes de qualité de l’air fixées par la Commission européenne en termes d’émissions de particules fines et de dioxyde d’azote, en théorie applicables depuis 2010.

Lire aussi: Renault sous enquête judiciaire

Après Stuttgart, Munich

Menacées de pénalités et de plaintes supplémentaires devant la Cour européenne de justice, plusieurs municipalités ont pris le taureau par les cornes. A Hambourg, deux grosses artères desservant le centre-ville sont déjà interdites aux moteurs diesel.

A Munich, le fief de BMW, la municipalité sociale-démocrate, condamnée par un tribunal régional à adopter des restrictions à la circulation d’ici au 31 décembre, annonçait en début de semaine au quotidien Süddeutsche Zeitung vouloir adopter prochainement une interdiction des moteurs diesel. Quelque 295 000 des 700 000 véhicules enregistrés dans la capitale bavaroise sont équipés d’un moteur diesel. Les deux tiers d’entre eux ne répondent pas à la norme 6. Aix-la-Chapelle, Bonn, Essen, Gelsenkirchen et Cologne pourraient suivre le mouvement.

Contrôles repoussés

En Allemagne, pays inventeur de cette motorisation, l’heure est à la chasse au diesel. En un an, les ventes ont chuté: la proportion des moteurs diesel parmi les nouvelles immatriculations est passée de 47 à 40%. A la veille des élections fédérales de septembre, la question du diesel s’est invitée dans la campagne électorale. Le ministre des Transports, Alexander Dobrindt (CSU), est régulièrement accusé par l’opposition et par les associations de protection de l’environnement de complaisance envers l’industrie automobile.

Dix des seize Länder allemands seraient favorables à l’instauration d’une plaquette bleue sur les véhicules diesel «propres», qui faciliterait les contrôles dans les zones interdites aux véhicules les plus polluants. L’adoption d’une telle mesure, bloquée par le ministre Alexander Dobrindt, a été repoussée à la prochaine législature.

Publicité