Horlogerie

Longines utilise la non-connexion comme argument de vente

La marque du groupe Swatch a lancé un nouveau calibre à quartz d’une précision inégalée. «C’est notre réponse aux smartwatches», explique le vice-président de la marque Juan-Carlos Capelli

Ce n’est ni une provocation, ni une boutade. «C’est un vrai choix», se défend Juan-Carlos Capelli, vice-président de Longines. Jeudi, la marque du groupe Swatch a lancé une nouvelle montre dotée d’un calibre à quartz à la précision inégalée. Et l’a souligné plusieurs fois: cette montre est non-connectée.

«En 2015, quand tout le monde parlait de smartwatches, il y a eu un débat à l’interne», se rappelle Juan-Carlos Capelli. Fallait-il ou non se lancer dans la course à la montre connectée? «Nous avons décidé de miser sur ce que l’on faisait le mieux: des montres suisses, précises et élégantes mais indépendantes des téléphones», énumère celui qui est dans l’entreprise depuis 28 ans.

Deux ans plus tard arrive donc cette nouvelle Conquest VHP (pour Very High Precision) dont le calibre est développé par ETA exclusivement pour Longines: un modèle dont la précision évolue de plus ou moins cinq secondes par année, dont la pile dure cinq ans et qui se remet à l’heure automatiquement après un choc ou une exposition à un champ magnétique. Seul composant qualifié de «smart»: sa couronne, qui active différentes fonctions selon la façon de la faire pivoter.

Ne jamais dire jamais

Pour Longines, cette absence de relation avec l’univers connecté devient comme un argument de vente. «No connexion» est d’ailleurs l’une des premières indications qui s’affiche durant la présentation. Et Juan-Carlos Capelli insiste: «Cette montre a l’avantage de ne composer avec aucune des contraintes de la connexion. Il ne faut pas la recharger, elle n’émet aucune onde et ne rend absolument pas dépendant…»

Alors que groupe Swatch a récemment annoncé deux avancées marquantes dans le monde de la connexion (le développement de montres augmentées Swiss made et le lancement d’une minuscule puce Bluetooth), est-ce que cela signifie que Longines ne sautera jamais le pas de la montre connectée? «Il ne faut jamais dire jamais», balaye le vice-président.

Son prix court de 950 francs pour le modèle trois aiguilles à 1550 francs pour le chronographe. Elle est présentée deux semaines avant la Foire de Bâle pour que cette «innovation ne soit pas noyée dans les annonces de toute sorte», relève-t-on à l’heure de l’apéritif.

La marque imérienne avait invité les journalistes et les détaillants au vieil observatoire de la ville de Neuchâtel. Là où, il y a 63 ans, Longines avait fait certifier son chronocinégine, premier appareil à quartz à ne connaître aucune variation en 24 heures, ce qui était alors qualifié de précision absolue.

Publicité