Le produit intérieur brut (PIB) ne dit pas tout sur l’état de l’économie. Dans ses prévisions pour 2020, publiées jeudi 16 janvier, l’Organisation des Nations unies (ONU) s’intéresse aux disparités qui se dissimulent derrière les moyennes statistiques, et à «la qualité de la croissance», notamment son impact sur l’environnement, que le PIB a bien du mal à mesurer. En ce début d’année, l’ONU s’inquiète des risques climatiques, de la baisse de la productivité et de la «montée de la colère dans le monde vis-à-vis des impacts sociaux et environnementaux de la croissance».

Lire aussi: Ralentissement économique attendu au niveau mondial en 2020-2021