Biotechs

Lonza veut créer «des centaines d'emplois» à Viège

Le groupe réalise un bénéfice exceptionnel au premier semestre. Avec Sanofi, il construit une nouvelle ligne de production en Valais qui générera de nombreux postes de travail

Lonza augmente ses capacités sur son site valaisan de Viège. Le fabricant bâlois de spécialités chimiques y construit, depuis juin, une nouvelle ligne de production.

La mise en service de cette nouvelle infrastructure est prévue avant la fin de l’année, souligne mercredi la firme dans un communiqué. Le montant de ces travaux n’est pas précisé.

La nouvelle ligne de production devrait entraîner la création de plusieurs centaines d’emplois, poursuit le groupe. Elle sera dédiée notamment aux thérapies cellulaires en phase finale de développement ou au stade de production.

En février, l’annonce de «200 emplois» supplémentaires

En février dernier, Lonza a annoncé la construction d’une nouvelle ligne, en lien avec le groupe français Sanofi. Devisée à 290 millions de francs, l’unité emploierait 200 personnes. Lonza compte plus de 10 000 collaborateurs à temps plein dans le monde, dont 2700 à Viège.

Lire aussi: Le bâlois Lonza et le français Sanofi misent sur médicaments biologiques


 

 

Le chiffre d’affaires du groupe bondit

Lonza signe un premier semestre 2017 en net progrès. Le fabricant bâlois de spécialités chimiques a vu son chiffre d’affaires bondir de 15,1% sur un an à 2,32 millions de francs et son bénéfice net de 20,1% à 233 millions.

Quant au résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT), il s’est envolé de 43,3% à 447 millions de francs, précise l’entreprise dans un communiqué diffusé mercredi.

Autant le segment Pharma&Biotech, actif dans les substances pharmaceutiques, que la division chimie fine, qui fournit notamment les industries alimentaires et des cosmétiques, présentent de fortes croissances.

Pour la suite de l’exercice, Lonza s’attend à une dynamique semblable. La société confirme ses prévisions avec une hausse des ventes à un chiffre, dans le haut de la fourchette. D’ici à 2022, ses revenus devraient atteindre pas moins de 7,5 milliards de francs, grâce au rachat du spécialiste américain des gélules et enveloppes pour médicaments Capsugel.

Publicité