L’once d’or valait 1494 dollars jeudi, en retrait par rapport à la veille. Elle avait alors atteint le seuil symbolique de 1500 dollars, une première depuis avril 2013. Pour Stéphane Monier, responsable des investissements (CIO) chez Lombard Odier Private Bank à Genève, le métal jaune joue pleinement son rôle de valeur refuge. «L’évolution du prix de l’or, mais aussi d’autres matières premières, reflète clairement un ralentissement de la demande mondiale, qui s’inscrit elle-même dans l’exacerbation des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine», affirme-t-il.

Lire aussi: La semaine où les marchés sont devenus fous