L’or bat tous les records et profite de la baisse du dollar et des taux d’intérêt. La barre des 2000 dollars l’once ne semble plus qu’une question de jours. Sa hausse répond au mouvement inverse de la monnaie américaine. Le billet vert vient de traverser son pire mois de la décennie, si l’on prend pour critère l’indice du dollar (DXY) par rapport à un panier de devises étrangères.

Pourtant Sharmin Mossavar-Rahmani, directeur des investissements auprès du département de gestion de fortune de Goldman Sachs, est d’avis que le métal jaune n’a «aucun rôle à jouer dans le portefeuille des clients fortunés». Cette opinion a été présentée sur CNBC et reprise par le site spécialisé Market Watch et le magazine Barron’s.