Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jean-Nat Karakash, conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de l'économie et président du GGBa.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Promotion économique

L'organe de promotion Greater Geneva Berne area a attiré moins d'entreprises l'an dernier

Le GGBa a attiré 51 entreprises contre 87 en 2014. Les autorités estiment le bilan conforme aux prévisions

Les six cantons partie prenante au Greater Geneva Berne area (GGBa) tirent un bilan positif de l'exercice écoulé. Ce dernier s'est déroulé dans un contexte économique incertain, marqué par l'impact négatif conjugué du franc fort ainsi que de l'incertitude liée à la libre circulation des personnes et à la fiscalité, selon un communiqué publié mardi.

«L'innovation et l'excellence sont plus que jamais au coeur de notre stratégie, ce qui nous a permis de rester attrayants auprès des investisseurs étrangers», relève Jean-Nat Karakash, conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de l'économie et président du GGBa, cité dans le document.

Dans le détail, le GGBa a généré l'an passé 191 premières visites dans les cantons membres. Ce contingent a concerné un total de 131 entreprises provenant de 20 pays. Les 51 implantations annoncées promettent la création de 218 emplois à un an et de 604 à trois ans, précise l'organisme commun de promotion économique.

Le GGBa est une entité créée en 2010 et cofinancée par les six cantons de Suisse occidentale (Berne, Fribourg, Vaud, Neuchâtel, Genève et Valais). Son directeur depuis plus d'un an est Thomas Bohn. Ce dernier avait succédé à Philippe Monnier d'abord à titre intérimaire en décembre 2014, puis à titre définitif depuis juillet.


Lire aussi:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)