«A louer, appartement avec vue sur le lac.» Cette petite mention ajoutera 2,9% au loyer de ce logement des rives du Léman. C'est ce que révèle la dernière étude immobilière des économistes de Credit Suisse. Grâce aux données de l'Office fédéral de la statistique, ils viennent d'analyser une série de facteurs affectant les prix de location des appartements en Suisse.

Les résultats de cette analyse, que les spécialistes qualifient d'hédoniste, sont surprenants. Une place de jeux attenante à l'immeuble fait baisser les loyers. «Seuls les locataires qui ont des enfants en âge de les fréquenter s'y intéressent», explique Ulrich Braun, de Credit Suisse. Pour les autres, c'est une nuisance: c'est bruyant. C'est même plus désagréable que les voitures. Ces dernières diminuent les prix de 1,2% alors que les places de jeux les réduisent de 1,8%.

Pour économiser sur son loyer il faut rechercher un immeuble construit entre 1919 et 1945: le rabais obtenu s'élèvera alors à 20,3%. Il faut acheter soi-même sa machine à laver la vaisselle. Fournie par le propriétaire, elle renchérit le loyer de 8,6%, un des facteurs les plus significatifs avec la cuisine intégrée (9,4%). Habiter dans les étages inférieurs ne rapporte presque rien (0,2% de moins par étage).

Pour réduire ses charges, il faut aussi viser un immeuble appartenant à une coopérative. Si l'on fait abstraction de la mise de fonds qu'elles exigent, les loyers qu'elles demandent sont 13,8% moins élevés que ceux requis par les propriétaires privés.

Le travail des économistes de la banque permet également de quantifier des principes bien connus. De deux voisins, celui qui a emménagé 12 ans avant payera 8,4% de moins que l'autre. «Dans les villes où la pénurie règne, ces écarts sont vraisemblablement encore plus élevés», note Ulrich Braun. Les locataires des immeubles détenus par l'Etat, une commune, un canton ou la Confédération, payent 13,4% de moins que les autres.

Les logements proches des emplois, à savoir ceux qui sont à moins de 20 minutes d'un grand nombre d'entreprises, sont 20,1% plus chers. Le principal critère est celui de la localisation. La commune la plus chère du pays, Zumikon, dans la banlieue de Zurich, est trois fois plus coûteuse que Tinizong-Rona, qui se trouve dans les Grisons, à l'écart des zones touristiques.

www.credit-suisse.com/research (Economie suisse/Immobilier)