Immobilier

Les loyers commerciaux vont encore baisser à Genève

Ce recul prend souvent la forme de périodes de loyer offert, six mois gratuits étant monnaie courante dans la ville du bout du lac, selon une étude de JLL. L’offre est toujours excédentaire

Le marché genevois de l’immobilier commercial offre deux visages, selon une étude présentée jeudi soir à Genève par le bureau JLL. D’un côté, la demande d’achat est «toujours extraordinaire», de la part d’investisseurs institutionnels mais aussi de privés, explique au Temps Pierre Stämpfli, qui dirige l’antenne genevoise de JLL, l’un des plus grands acteurs immobiliers du monde dans le commercial.

De l’autre, les loyers proposés pour les bureaux continuent leur chute. Dans le centre-ville, ils sont passés de plus de 1000 francs par m² et par an en 2012 à 800 francs en 2017 (–5,9% en un an), et devraient encore reculer, poursuit Jan Eckert, le directeur général de JLL pour la Suisse: «L’offre de bureaux est très forte à Genève, elle a progressé de 6,2% en 2017, à 186 000 m², ce qui représente un taux d’offre de 5,5%». Le taux d’offre rapporte les surfaces à louer au total du marché. La baisse des loyers devrait être encore plus marquée en périphérie genevoise, selon ces spécialistes. A Lausanne, en revanche, les loyers commerciaux devraient rester stables, car la pénurie d’offre devrait se poursuivre.

A lire: Les loyers devraient reculer de 10% ces trois prochaines années, selon UBS

Les tendances identifiées par JLL rejoignent celles décrites dans une étude d’UBS publiée mi-janvier. La grande banque soulignait qu’au niveau suisse, des baisses de loyer continuent d’être obtenues lors du renouvellement des baux commerciaux existants. Conséquence de ce marché qui avantage les locataires, de nombreux portefeuilles immobiliers devraient subir de nouvelles corrections de valeur, concluait UBS.

En revanche, contrairement à ce que décrit JLL à Genève, l’étude d’UBS mentionnait une baisse de la demande des investisseurs pour l’acquisition de surfaces de bureaux au niveau national, ce qui a entraîné un recul des prix des bureaux de l’ordre de 10%.

Publicité