Prévoyance

La LPP discrimine les femmes

Si la discrimination salariale envers les femmes fait régulièrement les titres dans les médias, leur situation très défavorable vis-à-vis de la retraite est très peu évoquée. Notre chroniqueur analyse le phénomène et explique pourquoi la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle (LPP) discrimine les femmes de manière significative

La différence de traitement salarial en défaveur des femmes vient une nouvelle fois d’être documentée par l’Office fédéral de la statistique (OFS). En 2016, les femmes du secteur privé gagnaient 19,6% de moins que les hommes. Est-ce pareil pour les rentes de retraite? Malheureusement c’est bien pire encore: les rentes moyennes annuelles de prévoyance professionnelle (2e pilier) versées aux hommes, toujours en 2016, se montent à 35 917 fr. alors que celles réservées aux femmes s’élèvent à 18 627 fr. L’écart homme-femme augmente donc à plus de 50%!

On explique une partie de cette infamie par le décalage temporel entre les salaires H/F des personnes actives actuelles et rentières, les interruptions de cotisation dans les carrières professionnelles plus entrecoupées des femmes et le temps partiel, majoritairement féminin. Mais cela ne suffit néanmoins pas à justifier toute cette différence. Pour ce faire, il faut comprendre un aspect plus spécifique de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle (LPP). Illustrons-le avec une anecdote récente: une femme de mon entourage ne comprend pas son certificat LPP. On regarde ses données: salaire brut de 30 000 fr., taux d’activité de 40%, âge dans le milieu de la quarantaine. La suite me laisse pantois: la rente projetée est de 97 fr. par mois. Vous avez bien lu. En travaillant dans ces conditions jusqu’à sa retraite, cette femme recevra une retraite de 97 fr. par mois!