Un œil sur la place financière

La LSFin va réglementer l’importation de services financiers en Suisse

Après le protectionnisme mis en place en Europe suite à la crise financière, les nouvelles lois suisses LSFin et LEFin rendront plus difficile pour les conseillers étrangers d’être actifs sur la place helvétique

La Suisse s’est longtemps caractérisée comme un ilot de libéralisme dans le domaine financier. Vu sa position centrale dans le domaine du private banking, notre pays a compris l’importance de pouvoir offrir à la clientèle de ses banques une palette aussi large que possible de produits et services financiers, qu’ils émanent de la Suisse ou de l’étranger. Seule l’offre de placements collectifs a été traitée de manière plus restrictive, pour des raisons historiques (scandale IOS Cornfeld). La crise financière de 2008 est toutefois depuis passée par là, induisant – sous couvert de protection des investisseurs – un protectionnisme croissant dans le domaine des services financiers, notamment au sein de l’Union européenne.

Notre pays s’est ainsi retrouvé progressivement isolé en Europe, la liberté qu’il offre en matière d’offre transfrontalière de services et de produits financiers ne trouvant plus son équivalent dans les pays qui nous entourent, bien au contraire! Un trait caractéristique de la réglementation européenne récente (par exemple les directives UCITS, MiFID II et AIFM) est ainsi l’instauration de restrictions qui ont pour effet de limiter l’offre inbound de services et produits financiers émanant de pays tiers, dont la Suisse.